Events

Plus de 80 personnes pour le lancement de Rethinking Economics Belgium !

Posted on Updated on

L’économie mondiale n’est pas seule à être en crise. L’enseignement de l’économie l’est aussi, et les conséquences de cette crise vont au-delà de l’université. A Harvard, les étudiants ont décidé de boycotter un cours du professeur Gregory Mankiw, pour s’opposer au biais conservateur de que celui-ci véhiculait. Le mouvement s’est propagé à Oxford, Manchester, Cambridge… Depuis, c’est dans plus de 100 universités que des économistes créent des associations pour repenser l’économie.

En Belgique, c’est ce jeudi 24 novembre qu’a eu lieu la première assemblée générale du mouvement Rethinking Economics Belgium, à l’Université Saint-Louis. La salle était comble pour le lancement de ce réseau d’économistes qui veulent changer l’enseignement et la pensée économique en Belgique. Beaucoup d’étudiants, mais aussi des chercheurs et des économistes professionnels. Ont pris la parole des académiques tels que Jacques Defourny (ULg), Géraldine Thiry (Ichec et UCL) ou Tom Bauler (ULB), le secrétaire général de la FEF William Guillet, la secrétaire générale de SAW-B Marie-Caroline Collard, le directeur de Financité Bernard Bayot, Gabriel Maissin (Éconosphères) et bien d’autres, dont le public.

Notre nouvelle association veut dénoncer le manque de diversité théorique et méthodologique dans les cursus et la recherche en économie. Charlotte Rigolet, assistante à l’Unamur et membre de Rethinking Economics Belgium, commente : « La théorie néoclassique est devenue omniprésente dans les universités. Or, nombre de jeunes économistes constatent que les schémas économiques actuels ne sont plus adaptés. Ils n’arrivent pas, seuls, à expliquer l’économie actuelle ou à faire face aux enjeux contemporains ». Qu’enseigner alors ? Pour la nouvelle association, il faudrait faire de la place à une série d’autres courants : économie post-keynésienne, ecological economics, marxisme, école autrichienne, économie des conventions,… Or, ces écoles se font actuellement de plus en plus rares dans les universités.

Pour Martin Dupont, étudiant en économie à l’UCL, ce n’est pas qu’un enjeu académique, mais sociétal : « Ce qui est enseigné aujourd’hui façonne la pensée des décideurs de demain et influence ainsi les sociétés dans lesquelles nous vivons. Il y a d’énormes défis économiques, sociaux et environnementaux, nous avons besoin de nouvelles analyses et de nouvelles solutions ». Bref, il y a du boulot, et l’énergie était présente jeudi passé pour l’accomplir.

Rethinking Economics Belgium tiendra sa deuxième assemblée générale le 21 février à Bruxelles et des sections locales se lancent à Bruxelles, Namur et Louvain-la-Neuve, tandis que des groupes transversaux se lancent au niveau national, et qu’un mouvement d’expansion vers la Flandre est programmé.

Ce 24 Novembre, assemblée générale pour la création de Rethinking Economics Belgium

Posted on Updated on

conference-dinauguration

L’économie mondiale n’est pas seule à être en crise. L’enseignement de l’économie l’est aussi, et les conséquences de cette crise vont au-delà de l’université. Ce qui est enseigné aujourd’hui façonne la pensée des décideurs de demain et influence ainsi les sociétés dans lesquelles nous vivons. Depuis plusieurs années, en Belgique comme ailleurs, des économistes s’affairent à repenser l’économie et visent à lui donner un nouveau contenu.

A l’initiative d’anciens membres des associations bruxelloises (BSIPEC) et louvanistes (ILPE) pour le pluralisme en économie, une association/réseau belge “Rethinking Economics” est en cours de constitution. Celle-ci vise à rassembler économistes professionnels, académiques, étudiants, et leurs alliés d’autres disciplines ou secteurs, qui aspirent à une autre économie, dans son versant théorique (quelles théories économiques pour analyser le réel ?) comme dans les conclusions pratiques qui en découlent (quelle économie pour le 21ème siècle ?). Soyez les bienvenus à l’assemblée générale de création du mouvement.

Inscription : https://goo.gl/forms/KiJHt4LXp5Kr7QQm2



Au programme :

  • 18h30 : Accueil
  • 18h50 : Présentation de Rethinking Economics Belgium (Olivier Malay – UCL, Charlotte Rigolet – UNamur)
  • 19h10 : Interventions successives :


Maxime Mori, président de la Fédération des Étudiants Francophones (FEF)
Jacques Defourny, professeur ordinaire à HEC (ULg) et directeur du Centre d’Économie Sociale
Geraldine Thiry, professeure à l’ICHEC et chargée de cours à l’UCL
Tom Bauler, professeur à l’ULB et détenteur de la Chaire “Environnement & Economie”
Marie-Caroline Collard, directrice de SAW-B, la fédération d’économie sociale
Bernard Bayot, directeur du centre Financité
Bastien Castiaux, économiste au Conseil central de l’économie (CCE)
Gabriel Maissin, économiste et chercheur associé au réseau Éconosphères
Deux étudiants, auteurs d’une enquête sur l’état des cursus en Fédération Wallonie-Bruxelles

  • 20h10 : Discussion générale : comment déployer un mouvement pour repenser l’économie en Belgique ?
  • 21h00 : Fin

Lieu: Université Saint-Louis, local 3
Entrée gratuite mais inscription obligatoire : https://goo.gl/forms/KiJHt4LXp5Kr7QQm2

Pour toute question ou information :
rethinking.economics.belgium@gmail.com

Atelier “Cursus en Economie” pour Tout Autre Ecole

Posted on Updated on

Ce mercredi 12 octobre, les membres de Rethinking Economics Belgium étaient invités par la FUCID (Forum Universitaire pour la Coopération Internationale et le Développement) à animer un atelier à l’Université de Namur dans le cadre du projet Tout Autre Ecole (https://www.toutautrechose.be/toutautreecole).

tout-autre-ecole

Plusieurs ateliers étaient à l’honneur comme “campus en transition”, “le financement de l’enseignement supérieur”, “multiculturalité et diversité sociale” et  enfin, “les cursus en économie”. Ce dernier fut donc animé par nous.

Durant cet atelier, nous étions une dizaine à discuter de la structure actuelle des bacheliers en économie. Les participants étaient des professeurs d’économie en haute école ou à l’université et des professionnels (fiscaliste, journaliste, écrivain, acteur culturel,… ).

Cette discussion nous a amené à proposer certaines solutions concernant l’enseignement de l’économie mais aussi de l’enseignement en général. Celles-ci sont donc le résultat de l’atelier et ne représentent par forcément les points de vue défendus par Rethinking Economics Belgium. Voici quelques points retenus:

  • L’enseignement de l’économie doit s’articuler autour de problèmes économiques concrets comme le chômage, les inégalités et la dégradation environnementale.
  • Les universités proposent un enseignement en sciences économiques. Si le mot “science” est présent dans l’intitulé de cette formation, les élèves doivent comprendre pourquoi. Qu’est ce qu’une science? Comment une science se développe-t-elle?
  • La créativité est une dimension importante de la recherche. Elle doit donc être stimulée et encouragée durant la formation des étudiants. Les cadres d’analyse offert par les autres sciences sociales peuvent aider à adopter d’autres points de vue sur une problématique économique.et mener à une certaine créativité dans l’approche de celle-ci.
  • Il est nécessaire d’encourager le parrainage entre étudiant, par exemple entre BA1 et BA3. Les élèves plus âgés pourraient analyser un problème économiques actuels devant des élèves plus jeunes. Cela encouragera les futurs économistes à devoir vulgariser. Capacité primordiale pour, par la suite, alimenter le débat public.
  • L’interaction professeur/élèves et élèves/élèves doit être encouragée. Les élèves ne sont pas là pour absorber et assimiler les paroles du professeur mais pour discuter, débattre, échanger et ne pas être d’accord.
  • Il est nécessaire de discuter de la place des mathématiques en économie. Ont-elles toujours été aussi importante dans cette discipline? Quel est l’impact de cette mathématisation sur le débat public?

Enfin, nous voulons encore une fois remercier la FUCID de nous avoir invité à cet évènement.