Voici un article écrit par l’un de nos membres sur les conséquences macroéconomiques du réchauffement climatique. Alors qu’il va générer dans le futur des situations économiques de plus en plus désastreuses, ce qu’on pourrait appeler “l’effet boomerang” de la crise écologique est systématiquement sous-estimé par la théorie mainstream. L’analyse proposée ici se base sur  une hypothèse formulée par des écologistes marxistes (la “seconde contradiction” du capitalisme) ainsi que sur plusieurs études de cas et différents modèles (notamment post-keynésien) pour tenter d’évaluer les véritables risques associés à ce retour de flamme. L’article a initialement été publié par la revue pour, mais vous pouvez aussi le lire sur notre site.

Destruction d’écosystèmes, montée des eaux, multiplication et intensification des sécheresses et autres phénomènes extrêmes… les grands impacts biophysiques du réchauffement climatique sont connus. Pourtant, ils ne s’arrêtent pas là : en bout de course, ces transformations ont également des répercussions majeures sur l’équilibre de nos sociétés, et pourraient aller jusqu’à mettre en péril le fonctionnement de l’économie capitaliste elle-même.