Month: March 2017

Retours du Week end Rethinking

Posted on Updated on

Ce sont plus de 40 personnes qui ont participé au week end de Rethinking Economics ces 17-18-19 mars à Louvain-la-Neuve. Des rencontres, des échanges, des formations… tous les ingrédients étaient là ! Bref, une expérience à refaire

A bientôt!

Témoignage de Joëlle Saey, étudiante à Solvay (ULB), 2017

Posted on Updated on

Bonjour,

Je vous envoie ce petit mail parce que je m’intéresse à votre mouvement de “Rethink Economics”. J’ai étudié une année passerelle à Solvay l’année passée, en sachant d’avance que je n’aimais pas leur approche, mais je voulais justement connaître leur approche pour mieux les critiquer. Chose faite, j’ai en effet beaucoup de reproches à faire à une faculté que j’ai trouvé très fermée et qui ne mentionne même pas réellement aux étudiants les autres théories économiques qui existent.

Bref, tout ça pour dire que j’ai beaucoup cherché pour faire mon master dans une école qui approcherait l’économie de façon différente, et je suis contente d’en avoir trouvé une : la Berlin School of Economics and Law, qui, dans le master International Economics, nous enseigne des théories hétérodoxes, principalement les post-keynésiens. Ils ont une approche beaucoup plus liée à la réalité aussi, et on étudie les relations et les enjeux économiques tels qu’ils se présentent au jour le jour dans l’économie réelle.

Ca fait très pub et ce n’est pas le but, mais j’ai pensé que l’année passée j’ai eu la chance de tomber par hasard sur cette école, et que j’imagine qu’il y a beaucoup d’étudiants dans mon cas qui ne savent juste pas où aller pour étudier quelque chose de différent. Alors je me suis dit que c’était toujours utile d’avoir des pistes, de savoir que d’autres écoles existent en Angleterre, au Brésil, en Allemagne, en Corée du Sud ou encore aux Etats-Unis. Et que ce n’est pas parce que nos études d’économie ne nous convainquent pas qu’il faut abandonner, sinon on ne changera jamais la façon de penser !

Merci pour ce que vous faites,

Joëlle Saey